Les Relations turco-africaines

Le contexte historique :

Les liens historiques et culturels de la Turquie avec l'Afrique ont contribué à établir des relations étroites avec ce continent. Dans le cadre de notre politique d'ouverture à l'Afrique qui a commencé en 1998, nous sommes déterminés à accroitre et développer nos relations politiques, économiques, commerciales et culturelles avec les pays africains.

Dans ce contexte, une stratégie de développement des relations économiques avec les pays africains a été préparée en 2003 par le Sous-Secrétariat d’État au Commerce extérieur et par la suite « l'Année de l'Afrique» a été déclarée en 2005 par le Gouvernement turc. La Turquie a obtenu le statut d'observateur à l'Union Africaine la même année.

Les Sommets turco-africains :

La Turquie s'est félicitée de la décision du 10ème Sommet de l'Union africaine de janvier 2008 de déclarer la Turquie partenaire stratégique de l'Union. « Le Sommet de la Coopération turco-africaine », qui a eu lieu du 18 au 21 août 2008 à Istanbul avec la participation de 49 pays africains est considéré comme le début d'un processus de coopération stable et durable.

« La Déclaration d'Istanbul sur le partenariat turco-africain: coopération et solidarité pour un avenir commun » et « Le cadre de coopération pour le partenariat turco-africain », qui ont été adoptés lors du premier Sommet de la coopération turco-africaine de 2008 a établi un mécanisme de suivi.

En conséquence, une réunion des fonctionnaires de haut niveau a eu lieu le 15 décembre 2010. La Conférence de Suivi de niveau ministériel s'est tenue le 16 décembre 2011 à Istanbul. Dans ce cadre, le « Deuxième Sommet de la Coopération turco-africaine » aura lieu en 2014.

La Turquie a co-présidé avec l'Égypte à la « Conférence internationale des donateurs pour la reconstruction et le développement du Darfour » le 21 mars 2010 au Caire. Lors de la conférence, la Turquie a annoncé un engagement de 65 à 70 million de dollars d'aide humanitaire principalement dans les domaines de la santé, de l'agriculture et de l'éducation.

La Turquie a accueilli la Conférence d'Istanbul sur la Somalie organisée du 21 au 23 mai 2010 dans le cadre des Nations Unies. La Conférence a fourni un soutien important pour le Processus de paix de Djibouti et au Gouvernement fédéral de transition. La Déclaration d'Istanbul adoptée lors de la Conférence constitue une feuille de route pour le règlement de la question de la Somalie. La Turquie a accueilli la deuxième Conférence internationale sur la Somalie du 31 mai au 1er juin 2012 sous le thème : «Préparer l'avenir de la Somalie: Objectifs pour 2015. »

La Turquie a attaché une grande importance et a accueilli à Istanbul avec enthousiasme du 9 au 13 mai 2011 la quatrième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés. La Conférence a constitué une étape importante dans la lutte contre les problèmes confrontés par les PMA et a reflété la volonté politique et la détermination des chefs d'État et de gouvernement des États membres, des leaders de la communauté internationale et des autres parties prenantes.

Les Relations avec les organisations régionales :

En plus de notre statut d'observateur à l'Union africaine (2005), la Turquie a été acceptée en tant que membre non-régional de la Banque africaine de développement (2008). L'Ambassade de Turquie à Addis-Abeba est accréditée auprès du Forum des Partenaires de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) (2012) et l'Ambassade de Turquie à Abuja est accréditée auprès de la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) (2005).

L'Ambassade de Turquie à Dar-es-Salaam est accréditée auprès de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) (2010) ; l'Ambassade de Turquie à Lusaka est accréditée auprès du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) (2012) ; l'Ambassade de Turquie à Libreville est accréditée auprès de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) (2013).

Représentation diplomatique bilatérale :

La Turquie a actuellement 35 Ambassades en Afrique dont 30 sont en Afrique sub-saharienne. Les Ambassades au Tchad, en Guinée, en Érythrée et à Djibouti sont les plus récentes qui ont commencé à fonctionner en 2013. Il est prévu d'ouvrir de nouvelles Ambassades dans les prochaines années. Ce processus n'a pas été unilatéral car 27 pays africains ont des Ambassades en Turquie et 10 autres ont déclaré leurs décisions d'ouvrir des Ambassades à Ankara.

Ce n'est pas seulement une question de représentation diplomatique. Nous sommes heureux que les contacts interpersonnels ont également augmenté à la suite des vols directs entre la Turquie et les pays africains ainsi que du nombre sans cesse croissant d'étudiants, d'hommes d'affaires et de touristes qui voyagent dans les deux sens.

Les visites de haut niveau :

Il y a aussi une augmentation constante du nombre des visites réciproques de haut niveau entre la Turquie et les pays africains. S.E.M. Abdullah Gül, Président de la République de Turquie, a visité le Kenya et la Tanzanie en 2009, la République démocratique du Congo, le Cameroun et le Nigeria en 2010, le Ghana et le Gabon en 2011.

La visite du Premier Ministre turc, M. Recep Tayyip Erdoğan en Somalie en août 2011 qui a été la première visite de haut niveau dans le pays par un Chef de Gouvernement depuis 1992 a sorti la Somalie de l'isolement international. Suite à cette visite, la Somalie est entrée dans une nouvelle période de reconstruction avec l'aide de la communauté internationale et des partenaires.

M. Recep Tayyip Erdoğan a également visité le Soudan (2005), l'Éthiopie (2011), l'Afrique du Sud (2011), le Gabon (2013), le Niger (2013) et le Sénégal (2013).

Des visites régulières des pays africains au niveau du Président de la République et du Premier Ministre se poursuivent pour des entretiens bilatéraux et à l'occasion des sommets multilatéraux. Ces visites servent aussi à compléter le cadre juridique des relations bilatérales ainsi qu'à examiner l'état actuel des affaires bilatérales et à préparer des feuilles de route pour l'évolution future des relations bilatérales.

Objectifs principaux :

La politique étrangère de la Turquie vers l'Afrique ne repose pas seulement sur les objectifs économiques et commerciaux mutuellement avantageux, mais intègre également une approche globale qui inclut le développement de l'Afrique par une assistance technique sur base de projets dans les domaines comme la lutte contre les maladies, le développement agricole, l'irrigation, l'énergie et l'éducation et le flux régulier d'aide humanitaire.

Les activités principales de la Turquie sur le continent :

La Turquie est devenue l'un des pays phares des activités humanitaires sur le continent, comme en Somalie, au Niger et au Soudan. Un Bureau de Coordonnateur de programme de l'Agence de Coopération et de Coordination de la Turquie (TIKA) en Afrique a été tout d'abord inauguré en 2005 à Addis-Abeba et plus tard à Khartoum et à Dakar, respectivement en 2006 et 2007. La TIKA a actuellement 9 bureaux de coordination de programme en Afrique et ceux-ci soutiennent les projets de développement dans leurs régions. La TIKA mène des projets dans les pays africains en coopération avec d'autres organismes d'État et des ONG turques qui se concentrent sur le renforcement de la résilience par l'amélioration de la production agricole et par la formation des communautés locales en ce qui concerne les techniques agricoles, en particulier dans les pays du Sahel.

La Turquie est devenue le quatrième donateur mondial en 2012. L'aide humanitaire totale de la Turquie, notamment la contribution des ONG turques dans les domaines de la santé, de l'éducation et du renforcement des capacités, atteint 2 milliards de dollars par an. L'engagement de la Turquie en Somalie est un cas exemplaire (La Turquie y a alloué 300 millions de dollars jusqu'à présent).

L'Afrique a eu une part de 31 % de l'aide publique au développement (APD) de la Turquie en 2012, ce qui représente un montant de 772 millions de dollars. La Somalie est au premier rang des pays africains qui ont reçu l'APD de la Turquie en 2012 avec un montant de 86 millions de dollars.

Nous attachons une importance particulière à assurer la paix et la stabilité en Afrique et contribuer aux missions de l'ONU déployées dans le continent. La Turquie fournit actuellement du personnel et contribue financièrement à six des huit missions de l'ONU en Afrique.

En même temps que le développement des relations, le volume des échanges de la Turquie avec l'Afrique a atteint 23 milliards de dollars en 2012. Par rapport au niveau de 2005 (qui était de 9 milliards de dollars), ce chiffre représente une augmentation presque triplée.

Les vols de la Turkish Airlines ont commencé à desservir Mogadiscio, Kigali, Abidjan, Kinshasa, Djibouti, Nouakchott, Mombasa, Niamey, Ouagadougou, Libreville et Ndjaména en Afrique sub-saharienne, ce qui porte le nombre total de vols de Turkish Airlines à 38 destinations sur le continent.

Dans la période entre 1972 et 2012, la part des pays africains dans le volume global des activités internationales des entrepreneurs turcs était 19,4%.

Nous avons fourni 561 bourses à des étudiants originaires d'Afrique sub-saharienne pour l'année académique 2012-2013. Environ 200 jeunes diplomates ont assisté à des programmes de formation organisés par l'Académie diplomatique du Ministère des Affaires étrangères de la République de Turquie.