#

Bref Aperçu Historique du Ministère des Affaires Etrangères de la République de Turquie

Le Ministère des Affaires étrangères de la République de Turquie est fondée sur les traditions enracinées et l’héritage de la diplomatie ottomane enrichie par un long passé historique.

La mise en œuvre de cette forte tradition diplomatique en tant qu'un instrument efficace a été l'un des principaux facteurs ayant permis à l'Empire ottoman de régner sur un vaste territoire pendant plusieurs siècles.

Les Affaires étrangères de l'Empire ottoman ont été menées par le « Reis-ül Küttap » (Secrétaire général) jusqu'au dix-neuvième siècle. Cependant, le « Reis-ül Küttap » était également chargé d'autres fonctions telles que la tenue des dossiers et la gestion de la correspondance de l'Etat. En 1793, sous le règne de Selim III, la première ambassade permanente a été établie à Londres et Yusuf Agah Efendi nommé premier ambassadeur ottoman. Par conséquent, l'Empire ottoman a ainsi adopté une diplomatie fondée sur les principes de la représentation permanente et de la réciprocité dans ses relations diplomatiques. Les ambassadeurs de l'Empire ottoman nommés dans les capitales européennes, tout en remplissant leurs devoirs à l'égard des relations bilatérales, ont également servi en tant que pionniers de la modernisation en accélérant le processus d'occidentalisation et de réforme au sein de l'Empire par le biais des informations qu’ils ont transmis à la Porte Sublime (Bab-ı Ali) concernant les pays où ils étaient en poste.

Le bureau de la traduction a été établi sous le règne de Mahmut II dans le cadre de la restructuration du système de « Reis-ül Küttap » en conformité avec les exigences diplomatiques et les conditions de l'époque. Comme la capacité des Affaires étrangères de l'Empire avait considérablement accru, le bureau de la traduction avait commencé à occuper un rôle important dans les affaires de l'Etat, le « Reis-ül Küttap » a été modernisé en se transformant en ministère en 1836. Yozgatlı Akif Efendi, dernier « Reis-ül Küttap », a été nommé en tant que premier ministre des Affaires étrangères.

Les piliers de notre politique étrangère à l'époque républicaine ont été érigés pendant les premières années de la guerre d'Indépendance. Immédiatement à la suite de l'inauguration de la Grande Assemblée nationale turque le 23 avril 1920, le ministère des Affaires étrangères a été officiellement fondé le 2 mai 1920 au sein du premier gouvernement national et M. Bekir Sami a été nommé en tant que premier Ministre des Affaires étrangères. Le ministère ayant été établi avec des ressources extrêmement limitées, a exercé les fonctions et les devoirs requis par l'intensification des contacts avec le monde extérieur d’une manière diligente et engagée, malgré toutes les difficultés de l'époque et il a joué un rôle important dans le processus précédant le traité de Lausanne.

A la suite de la proclamation de la République de Turquie en 1923, le ministère des Affaires étrangères a commencé à développer sa structure institutionnelle interne et externe. En 1927, le premier règlement juridique complet sur l'organisation du ministère des Affaires étrangères a été décrété par l'adoption de la loi No 1154 ayant jeté les bases de la structure institutionnelle actuelle du ministère.

Depuis la fondation de la République, la vision et les principes du grand leader et fondateur de la République, Atatürk, n’a non seulement guidé la politique étrangère turque, mais sa maxime «Paix dans le pays, paix dans le monde » continue également à constituer l'objectif fondamental de cette politique. Par conséquent, la Turquie a mené une politique étrangère active et pacifique depuis les années 1930. Malgré les pressions dans le sens contraire, la diplomatie compétente menée pour sauvegarder les intérêts du pays a empêché la Turquie d'être entraînée dans la Seconde Guerre mondiale et dans la dévastation conséquente que cela aurait occasionnée.

L'ordre international ayant émergé dans la période après la Seconde Guerre mondiale a façonné dans une large mesure les considérations de politique étrangère de la Turquie et la structure institutionnelle du ministère des Affaires étrangères. Suite à l'intensification des relations économiques extérieures et l’augmentation du nombre des institutions économiques internationales, la poursuite de nos intérêts dans le domaine économique a également été confiée au ministère.

Dans la même veine, conformément à la tendance croissante envers la coopération internationale dans les affaires politiques et économiques et l'augmentation du nombre d'organisations afin de servir cet objectif dans la période suivant les années 1945, les affaires politiques multilatérales et économiques ont également acquis une dimension importante en addition à la conduite des relations bilatérales et elles ont pris place parmi les fonctions du ministère. L'importance croissante de la diplomatie multilatérale et l’augmentation du nombre des organisations internationales ont également mené à la hausse du nombre de nos missions permanentes accréditées auprès de ces organisations.

Pendant les années 1950, le réseau des ambassades et des missions du Ministère des Affaires étrangères de la Turquie a été considérablement élargi puisque les délégations ayant été temporairement fermés au cours de la Seconde Guerre mondiale ont été ré-ouvertes et de nouvelles ambassades et des missions permanentes ont été établies dans diverses capitales.

Avec les années 1970, nous avons connu une vague de terrorisme arménien organisé visant les fonctionnaires turcs et leurs familles travaillant dans les missions turques à l'étranger. Les assassinats perpétrés par l'organisation terroriste arménienne ASALA, en collaboration avec l'organisation terroriste du « 17 Novembre » en Grèce, ont coûté la vie à trente-quatre fonctionnaires de notre administration à l’étranger, dont cinq ambassadeurs.

Des développements importants ont eu lieu au sein du ministère et les changements structurels ont été apportés à l'organisation de notre ministère à la suite de la fin de la guerre froide. Le nombre de nos missions à l'étranger a accru de façon significative avec l'émergence de nouveaux Etats pendant cette période. En même temps, la transformation ayant eu lieu et les difficultés rencontrées dans la géographie où nous nous situons pendant les années 1990 ont introduit plusieurs nouveaux risques et des opportunités pour la politique étrangère turque et ont renforcé l'importance et le rôle de la Turquie pour assurer la paix, la stabilité et la prospérité dans ce voisinage fragile.

La République de Turquie, qui avait un total de 39 missions diplomatiques et consulaires à l'étranger en 1924, est aujourd’hui représentée par 234 missions à travers le monde. Ces missions se composent de 135 ambassades, 13 représentations permanentes auprès des organisations internationales, 84 consulats généraux, 1 agence consulaire et 1 bureau commercial.

Le Ministère turc des Affaires étrangères fonctionne avec un total de 2217 diplomates à son siège et aux missions à l'étranger. D’autre part, en incluant le personnel exerçant leur fonction en tant que spécialiste adjoint, auditeur interne, conseiller juridique, traducteur, agent central, employé contractuel et sous tout autre titre, le Ministère turc des Affaires étrangères comprend un total de 6711 fonctionnaires de chaque niveau. (à partir de 9 juin 2016)

Le Ministère turc des Affaires étrangères continue de fonctionner afin de conduire et de promouvoir davantage les relations politiques, économiques et culturelles internationales de la Turquie dans les contextes bilatéraux et aux instances multilatérales, ainsi que de contribuer à la paix, la stabilité et la prospérité dans sa région et partout dans le monde.