#

QR-71, 21 novembre 2019, Déclaration du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hami Aksoy, en réponse à une question concernant les combattants terroristes étrangers déportés aux Pays-Bas

La position de la Turquie concernant la question des combattants terroristes étrangers ayant été dans les zones de conflit est claire. Nous attendons des pays d'origine qu'ils assument leurs responsabilités à l'égard des combattants terroristes étrangers.

Pour une solution durable, il est nécessaire que ces personnes soient rapatriées dans leur pays d'origine et qu’elles y soient réhabilitées et traduites en justice, au lieu de la révocation de leur citoyenneté. Il s'agit en effet d'une condition préalable à la lutte commune contre le terrorisme. Notre pays agit dans cet esprit et attache une grande importance à la coopération et à la coordination internationales.

Les procédures de déportation des personnes ayant été présentes dans les zones de conflit sont coordonnées avec le pays concerné et la notification préalable du programme de voyage prévu est effectuée en conséquence.

La même procédure a été appliquée pour les personnes déportées aux Pays-Bas le 19 novembre 2019 et elle a été coordonnée avec les autorités néerlandaises.

On voit aussi clairement que ceux prétendant que la lutte contre DAECH a été affaiblie évitent de prendre leurs responsabilités sur cette question.