#

QR-42, 10 juin 2019, Déclaration du Porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hami Aksoy, en réponse à une question concernant les nouvelles relatives aux mandats d'arrêt émis par l’administration chypriote grecque contre l'équipage de notre navire de forage Fatih et contre les dirigeants des sociétés partenaires de la Compagnie pétrolière turque (TPAO)

Nous suivons de près les nouvelles selon lesquelles l'administration chypriote grecque aurait émis des mandats d'arrêt contre l'équipage de notre navire de forage Fatih et contre les dirigeants des sociétés partenaires de la Compagnie pétrolière turque (TPAO).

Si l'administration chypriote grecque, ignorant l'existence même des chypriotes turcs et violant leurs droits, a réellement pris une telle décision en dépassant les bornes, nous la considérerons comme nulle et non avenue. Personne ne devrait avoir le moindre doute que la réponse nécessaire sera donnée en cas d’une telle insolence.

L'administration chypriote grecque ne peut engager une telle action judiciaire sur la base d'une loi dite nationale, pour une zone maritime revendiquée unilatéralement qui n'est pas délimitée conformément au droit international. Cela est également incompatible avec le droit international.

En conséquence, nous prendrons les actions judiciaires nécessaires pour le contrecarrer, de concert avec nos autorités compétentes.

Les méthodes de l'administration chypriote grecque, dans un effort vain pour mettre fin à nos activités sur notre plateau continental, ne donneront aucun résultat.

La Turquie continuera de mener résolument ses activités d'exploration et de forage de pétrole et de gaz naturel comme prévu, en vue de protéger ses droits sur son plateau continental, ainsi que les droits des chypriotes turcs, les copropriétaires de l'île.