#

QR-35, 15 mai 2019, Déclaration du Porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hami Aksoy, en réponse à une question concernant la décision de la Cour d'abandonner les poursuites contre les membres du DHKP/C arrêtés en Grèce

Nous observons avec inquiétude que la Grèce est devenue un refuge sûr pour les organisations terroristes telles que DHKP/C, PKK et FETO. Il est inacceptable qu'en contradiction avec les obligations internationales en matière de lutte contre le terrorisme, la Grèce fasse preuve de sympathie et de tolérance et apporte son assistance à ces organisations.

La police grecque a arrêté neuf membres du DHKP/C en 2017 en raison des indications sérieuses d'une tentative d'assassinat contre le Président turc. Bien que la Turquie ait émis des mandats d'arrêt et demandé l'extradition de ces personnes, la décision prise aujourd'hui d'abandonner les charges retenues contre elles montre également pourquoi ces éléments terroristes sont nichés en Grèce.

Le DHKP/C est désigné comme une organisation terroriste par l'UE. À cet égard, la décision de la Cour grecque perturbe également clairement les efforts de lutte contre le terrorisme en Europe.