#

QR-13, 13 mars 2019, Déclaration du Porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hami Aksoy, en réponse à une question concernant le communiqué de presse de l'ambassade des États-Unis à Pristina sur l'expulsion vers la Turquie de six personnes affiliées à l'organisation terroriste FETO

Nous obtenons des résultats concrets dans notre lutte contre les extensions de l'organisation terroriste Fetullah Gülen (FETO) à l'étranger en coopération avec de nombreux autres pays. Le fait que FETO pose un risque sécuritaire non seulement contre la Turquie, mais également contre tous les pays où elle opère devient de plus en plus évident.

En conséquence, suite à la décision de l'Organisation de coopération islamique, le Pakistan a également récemment déclaré FETO en tant qu'organisation terroriste. Les écoles liées à FETO ont été soit fermées, soit reprises par le pays hôte, soit transférées à la Fondation Maarif de Turquie (TMV) dans plus de vingt pays à travers différentes régions du monde. De nombreux pays, dont certains dans les Balkans, ont expulsé des personnes affiliées à FETO. Des enquêtes judiciaires sont également en cours contre des éléments de FETO dans de nombreux pays.

Toutes ces mesures ont été mises en œuvre dans le cadre juridique de ces pays et conformément aux règles du droit international.

L'une des conditions fondamentales de la lutte contre le terrorisme est une coopération internationale sincère basée sur des principes juridiques.

Les Balkans sont une région à laquelle nous accordons une valeur toute particulière et nous attachons de l'importance au maintien de cette approche solide des pays de la région qui ont pris des mesures contre FETO, une menace existentielle contre la Turquie. Nous appelons les autres partenaires et alliés à adopter la même approche judicieuse, au lieu de tenter d’empêcher les mesures contre FETO.