#

No: 33, 31 janvier 2020, Communiqué de presse concernant la résolution no. 2506 (2020) du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la prolongation du mandat de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre

La dernière résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la prolongation, pour une période de six mois, du mandat de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP), déployée sur l'île depuis 1964, a été adoptée le 30 janvier 2020.

La Turquie soutient la déclaration faite hier (30 janvier) par l’Office du vice-premier ministre et le ministère des Affaires étrangères de la République turque de Chypre du nord (TRNC) concernant cette résolution.

Tout d'abord, comme nous l'avons souligné à maintes reprises dans le passé, c'est une grave lacune que l'ONU n'ait pas demandé une fois de plus le consentement des autorités de la RTCN au sujet de l'UNFICYP. Cette situation est contraire aux règles et principes de l'ONU.

L’UNFICYP opère toujours sur le territoire de la RTCN dans le cadre de l’approche constructive et de bonne foi des autorités de la RTCN, sans fondement juridique. Néanmoins, la référence du Conseil à la liberté de circulation de l'UNFICYP sur le territoire de la RTCN constitue une attitude extrêmement contradictoire.

Dans la période à venir, nous espérons que le cadre juridique nécessaire sera achevé dans les meilleurs délais entre l'ONU et les autorités de la RTCN afin de garantir que les activités de l'UNFICYP sur l'île puissent se poursuivre correctement.

Par ailleurs, les formulations précédentes préjugeant malheureusement la conduite future du processus de règlement à Chypre ont également été conservées dans le texte de cette résolution.

Ces formulations ne contribuent pas au règlement de la question chypriote. Tant que la volonté de la partie chypriote grecque de ne pas partager le pouvoir politique et les richesses en tant que partenaires égaux avec les chypriotes turcs se poursuive, tout processus de négociation qui sera lancé sera toujours voué à l’échec. Si on souhaite qu’il y ait des progrès sur la question chypriote, les chypriotes turcs et grecs devraient d’abord parvenir à un accord sur l’égalité politique, y compris tous ses éléments.

La Turquie, avec ces considérations, soutient la convocation de la réunion informelle 5 + ONU à un moment approprié où toutes les options concernant le règlement seront sur la table.

Nous tenons également à rappeler que la réduction des tensions en Méditerranée orientale sera seulement possible lorsque la partie chypriote grecque mettra fin à ses activités unilatérales dans le domaine des hydrocarbures et établira une coopération avec les chypriotes turcs.