#

No: 222, 26 juillet 2019, Communiqué de presse concernant la résolution 2843 (2019) du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la prorogation du mandat de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre

La dernière résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la prorogation du mandat de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP) pour une période de six mois a été adoptée le 25 juillet 2019.

La déclaration faite aujourd'hui par la Vice Primature et Ministère des affaires étrangères de la République turque de Chypre du nord (RTCN) est pleinement soutenue par la Turquie.

La lacune la plus importante de la prorogation du mandat de la Force avec cette résolution est que le consentement de la RTCN n'ait pas été sollicité, contrairement aux pratiques établies par les Nations Unies.

Le fait que le libellé concernant le règlement de la question chypriote ait été rédigé dans cette résolution de manière à restreindre la discussion par toutes les parties de différentes solutions alternatives pour un règlement négocié, contredit la nécessité de nouvelles idées, comme cela avait été demandé par le Secrétaire général dans le passé.

Comme cela a été dit à maintes reprises, la véritable cause de la question chypriote est le refus de la partie chypriote grecque de partager le pouvoir et la richesse avec les chypriotes turcs. A moins que cet état d'esprit ne change et que l'on trouve un terrain d'entente et une vision commune fondée sur l'égalité politique, il n'y aura jamais un processus de négociation réel et axé sur les résultats entre les deux parties.

En tant que copropriétaire et égal politique de l'île, les chypriotes turcs n'accepteront jamais un statut de minorité.

Sur un autre point, il est également regrettable et injuste de constater que la résolution ne fait pas référence à la proposition de coopération du 13 juillet de la RTCN, alors qu'elle lance un appel à une réduction des tensions dans la Méditerranée orientale. Les autorités de la RTCN ont fait des propositions constructives à la partie chypriote grecque en 2011, 2012 et plus récemment le 13 juillet 2019. Ces propositions de la partie chypriote turque, toutes soutenues par la Turquie, prouvent que c'est la partie turque qui déploie des efforts déterminés, tandis que la partie chypriote grecque ne répond pas à ces efforts.

La question de l'isolement injuste imposé au peuple chypriote turc par l'administration chypriote grecque ne peut plus être négligée et son absence dans la présente résolution ne peut pas être acceptée. L'imposition de cet isolement est également l'élément le plus important qui exacerbe la profonde crise de confiance entre les deux peuples et les deux parties, empêchant la coopération dans des domaines importants sur l'île.

De ce fait, en tant que pays garant, la Turquie continuera à soutenir le peuple chypriote turc dans tous les domaines et à protéger leurs droits et intérêts en Méditerranée orientale.