#

No: 147, 21 mai 2019, Communiqué de presse concernant certaines activités organisées en Grèce et des déclarations faites dans ce pays du 18 au 20 mai 2019

Célébré avec fierté chaque année en Turquie et à l'étranger, le 19 mai 1919 marque le début de notre lutte nationale ayant conduit à la fondation de la République de Turquie.

Les tentatives de certains groupes radicaux de jeter une ombre sur cette journée significative à travers de leurs revendications imaginaires ciblant notre histoire, avec leurs activités visant à attiser la haine contre la Turquie, ainsi que les déclarations de certains hommes politiques en Grèce déformant les faits historiques pour leurs motivations politiques, sont inacceptables.

Nous rappelons à ceux qui expriment ces allégations dénuées de tout fondement que la responsabilité de la Grèce pour les atrocités commises par son armée, qui a également violé le droit de la guerre lors de l'invasion de l'Anatolie, et son obligation de verser une indemnité ont été enregistrées dans le traité de Lausanne.

Nous leur signalons que lorsque les atrocités commises par l'armée grecque contre les Turcs ont atteint une ampleur inconcevable, les alliés de la Grèce ont mis en place une commission d'enquête et identifié les crimes inhumains commis par l'armée grecque.

En fait, ces affirmations dénuées de tout fondement ciblant notre histoire n’ont aucun rapport avec la raison, la conscience et l’équité. Cette rhétorique est incompatible avec nos objectifs de renforcer nos relations bilatérales et laisse un héritage négatif aux générations futures.

La nomination de notre grand leader Mustafa Kemal Atatürk au prix Nobel de la paix par le Premier ministre grec de l’époque, Vénizélos, en 1934 après la fondation de la République de Turquie, est la preuve la plus évidente qu’un tel problème historique n’existe pas entre les deux pays, contrairement aux revendications de certains politiciens irresponsables et radicaux grecs.