L'Union pour la Méditerranée (UPM)

Le processus euro-méditerranéen (Euromed/Processus de Barcelone) a été créé en 1995 afin de mettre en place un cadre de coopération durable et institutionnel entre l'Union européenne (UE) et les pays méditerranéens non-membres. Ce processus a laissé sa place à «l'Union pour la Méditerranée » (UPM) avec le Sommet euro-méditerranéen des chefs d'État et de gouvernement tenu le 13 juillet 2008 à Paris.

L'Union pour la Méditerranée qui vise en fait à renforcer le processus de Barcelone et qui constitue la poursuite de ce processus, a pour but d'accroître la coopération dans la Méditerranée en particulier par le biais des projets. L'Union pour la Méditerranée envisage une coopération dans un large éventail de domaines, du dialogue politique, à l'économie et aux domaines sociaux et culturels.

28 pays membres de l'UE et la Turquie, Israël, la Bosnie-Herzégovine, l'Albanie, le Monaco, le Monténégro, l'Algérie, l'Égypte, la Jordanie, le Liban, la Mauritanie, le Maroc, la Palestine, la Syrie et la Tunisie participent au processus d'Union pour la Méditerranée. La Libye qui participait au processus euro-méditerranéen comme un observateur avant 2008, a commencé à participer aux réunions en acceptant l'invitation après la transformation politique dans le pays. D'autre part, la Syrie a suspendu sa participation à l'UPM le 30 novembre 2011 en raison des sanctions de l'UE.

Lors du Sommet tenu en 2008 à Paris, six domaines prioritaires pour les projets à mettre en œuvre dans le cadre de l'Union pour la Méditerranée ont été déterminés : la dépollution de la mer Méditerranée; le transport maritime et terrestre; la protection civile; les énergies alternatives et le Plan de l’énergie solaire méditerranéen; l'enseignement supérieur et la recherche / L'Université euro-méditerranéenne; le renforcement des possibilités d'emploi.

L'Union pour la Méditerranée est co-présidée par le Service des affaires extérieures de l'UE au nom des membres de l'UE et par un pays méditerranéen non-membre de l’UE. Un secrétariat a été établi à Barcelone afin d'effectuer des tâches techniques sur la base des projets. Actuellement, S.E. M. Fathallah Sijilmassi, Ambassadeur marocain, fonctionne comme le Secrétaire général de l'UpM. Son mandat a été prolongé de trois années à partir de 2015. Le Bureau du Secrétaire général adjoint chargé des questions de transport a été pris en charge par la Turquie, et l'Ambassadeur (retraité) Yiğit Alpogan a été nommé à ce poste. Il est prévu que M. Alpogan poursuivra jusqu'en 2016 son devoir.

L’Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne (APEM)

L’Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne, qui a commencé ses activités en 2004, constitue la dimension parlementaire de l'UpM. L'Assemblée comprend les États membres de l'UE, les non-membres de l’UE, les pays méditerranéens qui ne sont pas les membres de l’ONU et les parlementaires du Parlement européen. La Turquie est représentée par le groupe turc d’APEM (6 députés) dirigé par Mme Zeynep Karahan Uslu, députée de Şanlıurfa.

La Fondation Anna Lindh

La Fondation Anna Lindh a été créé en 2005 en vue de renforcer le dialogue interculturel dans le cadre de l'UpM. Avec son siège à Alexandrie, les réseaux nationaux (ONG) ont été trouvés dans le corps de la FAL et la Fondation Troisième Secteur de Turquie (TUSEV) coordonne le réseau turc. Dans le cadre de la FAL, la Chair Anna Lindh a été fondée à l’Université de Sabancı.

L'Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM)

L'Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM) a été fondée afin d’apporter une dimension régionale et locale au partenariat euro-méditerranéen en 2010. La municipalité métropolitaine d'Istanbul, la municipalité métropolitaine de Gaziantep, la municipalité d’Antakya, la municipalité de Balıkesir et la municipalité de Muğla sont parmi les participants à l’ARLEM.

L'Université euro-méditerranéenne (UEM)

L'Université euro-méditerranéenne (UEM) a été fondée en Slovénie en 2008 en vue de créer un espace commun de l'enseignement supérieur et de la recherche en Méditerranée dans le cadre de l'UpM. S.E. M. Ahmed Davutoğlu, Premier Ministre de la République de Turquie est un membre du conseil honoraire de l’UEM. Les six universités turques (Çukurova, Ege, ODTÜ, Hacettepe, Kadir Has et de l'Université technique d'Istanbul) sont membres de l’UEM.