#

QR-7, 20 février 2019, Déclaration du Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, Hami Aksoy, en réponse à une question concernant le projet de rapport du Parlement européen sur le rapport 2018 de la Commission sur la Turquie, ayant été soumis à l'Assemblée générale après son adoption par la Commission des Affaires étrangères

Le projet de rapport du Parlement européen sur le rapport 2018 de la Commission sur la Turquie a été rendu public pour la première fois le 14 novembre 2018. 319 propositions d'amendements soumises par les membres du PE sur ce projet de rapport ont été discutées lors des réunions du rapporteur fictif. Le projet de rapport consensuel a été voté aujourd'hui (20 février 2019) par la Commission des Affaires étrangères (AFET) du PE. Néanmoins, le rapport final devrait être adopté lors de l'Assemblée générale du PE qui se tiendra au mois de mars (du 11 au 14 mars ou bien du 25 au 28 mars 2019).

Le rapport est non contraignant et a un caractère consultatif. L’appel lancé dans le rapport pour une suspension formelle des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne est tout à fait inacceptable. Les affirmations non fondées dans le rapport indiquent l'attitude biaisée et imbues de préjugées du PE à l'égard de notre pays.

Nous avons pris et continuons à prendre les mesures nécessaires en ce qui concerne le projet de rapport et les propositions d’amendements que nous considérons incohérentes. Nous informons les membres du PE à propos du processus de transition vers le système de gouvernement présidentiel et le processus de réforme en cours.

Malgré cela, nous constatons avec regret que les affirmations sans fondement émanant des cercles hostiles à l’égard de notre pays ont été conservées dans le projet de rapport. Nous espérons que les corrections nécessaires soient faites afin que l’on puisse avoir un rapport final du PE plus réaliste, impartial et encourageant. Seulement un tel rapport sera pris en compte par notre pays.

La Turquie est engagée en ce qui concerne son processus d'adhésion à l'UE et est également déterminée pour maintenir son programme de réforme. Notre objectif principal est de fournir aux citoyens turcs les normes les plus élevées qu'ils méritent. Ce dont nous avons besoin n'est pas la suspension des négociations d’adhésion de la Turquie, sinon que l’on élimine les obstacles sur le chemin qui y mène. Le processus d'adhésion est pour le bien à la fois de la Turquie et de l'UE.

Dans ce contexte, nous nous attendons à ce que l'Union européenne et le PE, qui représente ses peuples, restent fidèles envers leurs obligations contractuelles.