#

No: 291, 9 octobre 2019, Communiqué de presse concernant le rapport du GRETA sur la Turquie

Le Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA) du Conseil de l'Europe a publié le 8 octobre 2019 un rapport déséquilibré sur la mise en œuvre par la Turquie de la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains.

La Turquie adopte et met en œuvre des réglementations et des mesures appropriées pour lutter contre la traite des êtres humains. Dans le même temps, la Turquie fait tout son possible pour prévenir les migrations irrégulières tout en respectant les principes fondamentaux des droits de l'homme. Ces efforts sont largement ignorés dans ce rapport.

Malheureusement, le GRETA a sorti la question de son contexte en incluant des allégations sans fondement à l'encontre de la Turquie avec une approche restrictive, ce qui ne fait que nuire à la crédibilité du Conseil de l'Europe-GRETA.

Il est décevant que le rapport ne reflète pas les explications et les corrections fournies par les autorités turques pendant et après la visite d'information effectuée en Turquie, en particulier sur les questions liées à la tentative de coup d'État de FETO en 2016 et à l'état d'urgence déclaré après cette tentative de coup, et qui avait été levé le 18 juillet 2018.

La Turquie accueille plus de réfugiés que tout autre pays au monde et continue d'assumer un lourd fardeau, principalement par ses propres ressources nationales. Ce faisant, la Turquie attend de la communauté internationale un partage plus équitable des charges et des responsabilités, ainsi que davantage de solidarité.

La Turquie continuera de respecter les obligations qui lui incombent en vertu de la Convention, quel que soit le contenu de ce rapport. La Turquie tient compte du fait que le rapport n'est que le résultat de la première évaluation de la Convention et espère que les futurs rapports refléteront mieux et plus fidèlement la réalité sur le terrain.