#

No: 224, 27 août 2018, Communiqué de presse concernant la crise humanitaire des Musulmans Rohingyas

Un an après l’éruption des violences dans le nord de l’État de Rakhine et le déplacement forcé de sept cent mille musulmans rohingyas au Bangladesh qui s’était ensuivit, la crise humanitaire est malheureusement toujours en cours. La gravité de la situation actuelle des rohingyas est clairement établie dans tous les rapports pertinents des Nations Unies.

En effet, le dernier rapport publié par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a déclaré que les violations des droits de l'homme commises contre les rohingyas constituent les crimes les plus graves au regard du droit international. Le rapport souligne également que les hauts responsables du Myanmar responsables de ces crimes devraient faire l’objet d’une enquête et être poursuivis par un tribunal compétent.

Malgré les mesures prises par le gouvernement du Myanmar et le dialogue existant entre le Bangladesh et le Myanmar en vue de résoudre la crise, ce processus de rapatriement officiel n’a pas encore commencé.

Nous appelons le Gouvernement du Myanmar à prendre les mesures nécessaires en coopération avec la communauté internationale en vue de trouver une solution durable à la crise et de créer les conditions nécessaires dans l’État de Rakhine pour le retour sûr, digne et durable des musulmans rohingyas.

La Turquie n’a ménagé aucun effort pour s’assurer que la communauté internationale accorde l’attention nécessaire à cette question depuis le début de la crise. Dans ce contexte, la réunion internationale de consultation Rohingya a été organisée le 6 juillet 2018 à Ankara, afin d'échanger des points de vue entre pays et organisations internationales actifs dans la région pour discuter des moyens d'empêcher une nouvelle détérioration des conditions humanitaires des rohingyas.

La Turquie continuera d’appuyer tous les efforts visant à maintenir cette question à l’ordre du jour de la communauté internationale et à trouver une solution durable à la crise par la voie du dialogue, à la fois avec le Myanmar et le Bangladesh.